Quatre Clans, quatre espèces, mais une seule croyance...
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Ce forum est mis à l'arrêt, nous l'avons totalement refait. Je vous en prie, rejoignez-nous de nouveau à cette adresse ! Nous vous attendons avec impatience ! -> http://guerredesclansrpg2.forumactif.org/

Partagez | 
 

 Le chagrin est une sacrée épreuve !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange Déchu
Guerrier(e) du Clan du Chat
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 22/03/2013
Age : 17
Localisation : Là ou les larmes coulent...

MessageSujet: Le chagrin est une sacrée épreuve !   Mer 3 Avr 2013 - 16:51

Bonjour.


Ce ''texte'' n'a pas de titre, je l'ai écrit un soir, pour ne pas mentir, hier, alors que je n'allais pas bien. J'ai conscience que c'est très nul, mais j'ai voulu vous le faire lire quand même. Le personnage principal n'est pas nommé, c'est comme ça que j'écris pour me détendre.
Bonne lecture !


    '' Elle réalisa alors que tout était fini. Tandis que l'obscurité emplissait son monde, elle constata qu'elle avait raison depuis le début : la vie est cruelle, le bonheur ne perdure pas.
    Elle paniquait, elle cherchait une lumière, en vain. Alors, elle se mit à hurler, à demander de l'aide, mais rien. Personne. Elle était délaissée, seule dans son coin. Tandis qu'elle courait, ses larmes arrosaient le sol vierge et noir, ses cris comblaient le silence pesant. Ses pensées défilaient, guettant une luminosité. Mais elles ne la faisaient que plus pleurer. Soudain, elle s'effondra. Étendue de tout son long, la joue collée au sol, elle craquait. Elle en avait marre, de la vie, de l'amour, d'elle, de tout,...
    Elle sentit un objet frais dans sa main et l'ouvrit, paume tournée au ciel : un bijou, en forme d’œil, mais qui ressemblait à un « C ». Elle le jeta en hurlant, et l'entendit se fracasser au loin. La tête entre les jambes, les mains par dessus le tout, elle gémissait. Elle avait mal au cœur. Les larmes ne cessaient de couler, laissant sur ses joues un goût salé.
    Sa vie n'était que remplie de problèmes, tous plus déchirants que le précédent. Un jour, elle avait bien voulu croire que le bonheur existait, mais elle s'était visiblement trompée.
    En fermant les yeux, elle se retrouva dans son village, vers l'église, accompagnée d'un garçon. Ce-dernier lui donna une lettre en la regardant d'un regard rassurant. Il lui offrit ensuite une petite figurine en mouton, et la serra dans ses bras.
    En rouvrant les yeux, elle était de nouveau entourée de noir, seule dans son chagrin. Elle revit alors son passé défectueux, qu'elle aurait préféré oublier, tous ses autres problèmes, car l'amour était loin d'être le seul, et les sanglots doublèrent. Elle pu entendre le murmure du vent, seul signe de voie, qui chantait ''les chansons de son combat''. Elle stoppa ses larmes et écouta d'une oreille attentive les paroles. Toutes aussi tristes, elles l’accueillirent et la bercèrent. Elle se laissa faire. Elle pleurait en silence maintenant, de sorte à pouvoir continuer à écouter.
    '' [.. ] Elle y pense et pourtant elle se retient... elle y pense et pourtant loi en dedans, chaque foutue fois que passe le train, elle a pas envie de s'planter devant […] ! Elle attend qu'on lui vide sa cargaison, et que dans le courant d'un jour en fou rire, en voyant s'éloigner l'dernier wagon, elle oublie de penser qu'elle veut mourir ! ''*

    La musique cessa et la laissa dans le plus profond des silences. Elle s'allongea, ferma les yeux et sanglota doucement.

    Elle se réveilla dans son lit, en pleurs, les yeux gonflés, la gorge lui faisant mal. Le chagrin lui nouait l'estomac. Sa mère était penchée sur elle, l'air inquiet. Un léger soulagement se fit entrevoir sur son visage voyant que sa fille allait un peu mieux. Elle la couvrit de baisers et lui expliqua se qui s'était passé. Elle se serait évanouie, en pleurant et hurlant un prénom. Enfin, sa mère sortit de la chambre. Elle ressentit une douleur atroce au cœur. Elle cria de nouveau le prénom. Puis elle ferma encore une fois les yeux. Le noir régnait.

    Elle se vit dans son lit, les yeux clos, inerte. Ses parents s'affolaient autour d'elle. Elle était morte de chagrin. ''


* Extrait de " Chaque fois que le train passe " ( quelque chose comme ça ) de Lynda Lemay.


♥-♫-♪-S-I-G-N-A-T-U-R-E-♪-♫-♥

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://catsvscats.forumactif.com/
 
Le chagrin est une sacrée épreuve !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]
» La vie a une fin, le chagrin n'en a pas.
» Les 4 sacrés du ciel
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)
» Première épreuve : Le courage !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Esprits de la Nature :: Ecriture :: Histoires ou livres-
Sauter vers: